Le week-end à la Place des Arts : vendredi 31 mai à 20 h 30 Monique-Marie Irhy « Les Calices vides », samedi 1 er juin à 21 h Inter’Mezzo « Paris, l’amour…, toujours, Paris sera toujours Paris… »

Vendredi 31 mai à 20 h 30

Monique-Marie Irhy : Les calices vides

Un recueil de poésie traduit en français par la poète Monique-Marie Ihry, sous le signe de la passion et de la démesure, envoûtant, parfois déstabilisant écrit par Delmira Agustini, une icône de la littérature latino-américaine emportée bien trop tôt par un destin tragique. En 1914, son ex-mari avec qui elle entretenait une passion charnelle clandestine lui tira deux balles dans la tête avant de se donner la mort. Elle n’avait que 28 ans !

Les Calices vides sont une ode à Éros, deux extrêmes oscillant entre rêve et réalité, cultivant les oppositions, revisitant les mythes antiques, adulant l’homme jusqu’à lui conférer un statut divin, le reléguant également sous le masque figé d’une statue de pierre silencieuse et soumise…

Le poète nicaraguayen Ruben Dario qu’elle considérait comme son professeur, la compara à Thérèse d’Avila, déclarant qu’elle était la seule après la sainte à s’exprimer en tant que femme. Il écrira :

« En paraphrasant la phrase de Shakespeare, on pourrait dire « That is a woman »,  car en tant que femme affirmée, elle dit ces choses exquises que l’on n’a jamais exprimées ». 

Après avoir fait des études de Droit et de Lettres, Monique-Marie IHRY a été enseignante et réactrice. Sa poésie est récompensée par de nombreux prix dont un Prix International en 2018 en Tunisie. Elle est aussi auteure de romans, traductrice et illustratrice. Elle fait partie de la Société des poètes français.

Libre participation

Samedi 1 juin 21heures


Inter Mezzo Paris, l’amour…, toujours, Paris sera toujours Paris…

De chansons en refrains, avec ce nouveau spectacle, InterMezzo nous convie à une ballade, à travers les âges, dans les rues de Paris, la ville des amoureux… 

Exposition éphémère de Jean-Yves Couesnon

Paris, l’amour…, toujours…, chanteurs et poètes, de tous temps ont célébré, la ville des amoureux, Inter Mezzo nous en délivre un large panorama…

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
            Et nos amours
       Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Participation 10 €

Réservation : 06 80 34 95 44 ou millepoetes@orange.fr

Le week-end à la Place des Arts : vendredi 24 mai à 20 h 30 : Atelier Philo, « la puissance du langage » Bernard Garcia ; le samedi 25 mai à 21 heures Marie-Christine Dhéron et Christine Mourlevat-Brunschwig :« Voyages »

Vendredi 24 mai 20h30

« Du discours à la science au dire du poète »

« La puissance du langage » Bernard Garcia, Atelier Philo

« Le philosophe, citait le poète comme un croyant cite l’écriture. »

(Paul de Man). À l’origine le langage était-il philosophique ou poétique ?

Heidegger, pensait : « C’est en s’alliant à la poésie que la pensée philosophique surmonterait l’épreuve de la vérité de l’être.» que nous en dira Robert Garcia, vers quelle autre voie possible son langage nous portera-il ?     

Pour  Montaigne «  toute  philosophie n’est qu’une poésie sophistique », où le mot « sophistique » nécessite d’être manipulé avec prudence. Il n’est point d’opposition : « Chacune fait la difficulté de l’autre. Ensemble, elles sont la difficulté même de faire sens. »

Libre participation

Samedi 25 mai 21heures

« Lorsque la poésie, l’image et la musique voyagent en osmose

Marie-Christine Dhéron et Christine Mourlevat-Brunschwig :« Voyages »

« Voyages », le nouveau récital de Marie-Christine Dhéron est une invitation au rêve qui nous appelle. Ses projections de photographies animent la toile de fond devant laquelle leur auteure lit de courts poèmes et des contes, en alternance avec des compositions musicales interprétées au violoncelle par Christine Mourlevat-Brunschwig.

Musique, paroles et images se répondent et dialoguent à propos de voyages réels ou inventés, éveillant cet imaginaire que chacun porte en soi….

Poète, Marie-Christine Dhéron fut remarquée par Jean-Pierre Rosnay, du « Club des Poètes » et Louis Amade, avant de décliner sa poésie à travers la photographie, témoignant ainsi des ses « traversée de miroirs » et de ses voyages. Elle obtint en 2016 le premier prix de la photographie de la ville de Limoges agglomération et le premier prix du concours « Contes et nouvelles » d’Europoésie parrainé par l’Unicef. Elle illustre, elle-même, ses recueils et se poésie se teinte de fantastique…

Violoncelliste, Christine Mourlevat-Brunschwig a débuté le violoncelle avec Eliane Magnan puis a obtenu la Médaille d’Or à l’unanimité à l’Ecole Nationale de Musique de Pantin-Romainville dans la classe d’Isabelle Veyrier. Elle obtient ensuite de nombreuses récompenses aux concours de l’UFAM, La Scène Française, Nérini… Sa vocation de chambriste et une curiosité l’ont conduite à aborder des répertoires variés. Musicienne sensible, elle se produit en soliste, duo, quatuor… et, participe à nombre d’évènements artistiques originaux… ticipation au frais 10 €

Participation 10 €

Le week-end à la Place des arts : le vendredi 17 mai à 20 h 30 Catherine B « Résonnances », samedi 18 mai Erick’n « Au fond c’est quoi l’amour ? »

Vendredi 17 mai 20h30

Résonances…

(Découverte et ressentis au cours de voyages au Cachemire indien)

Catherine B avec la participation de Béatrice et Didier Mirouze et des Mille Poètes

Photographe, plasticienne, poète, Catherine B, du visible à l’intangible, du concret au spirituel…, de l’humain à l’universel, explore les énergies sensibles, ces forces enfouies dans nos gènes que chacun d’entre nous portent en soi ; l’artiste nous entraîne au seuil du grand mystère…

C’est à Srinagar que tout a commencé. Les mots de P. MAIDMENT-S., B. et D. MIROUZE et des POETES DE TOUS LES TEMPS accompagnent les études photographiques de CATHERINE B, pour évoquer l’aventure. Srinagar, la « ville sainte » du Cachemire indien, qui porte en elle les vestiges de spiritualités fondatrices à travers ses mosquées et ses temples hindous (« mandir » en ourdou). Comme Raghunath Mandir que l’on découvre au tournant d’une ruelle près de la rivière, au sud de Fateh Kadal bridge. Un tertre enceint d’un mur de pierre sur lequel s’élève …

Libre participation

…………………..

Samedi 18 mai 21heures


Erick’n Trio, concert « Au fond c’est quoi l’amour ?.. ».

Erick Lenguin, accompagné de Tony Ros et Claude Richard, l’espace d’un rêve musical, nous convie à un voyage au verger de l’amour… 

Avec  des chansons inédites Erick’ n Trio décline l’amour sous toutes ses destinations, ses formes, ses ratés, ses beautés, ses voyages et soleils apaisés, sa simplicité, ses silences et artifices ; un beau voyage…

Participation au frais 10 €

Le week-end à la Place des Arts : vendredi 10 mai à 20 h 30 « libre parole poétique scène ouverte », samedi 11 mai à 20 h 30 « Une vie une œuvre » Jean-Marc Dermesropian chante et dit « Louis Aragon »

Vendredi 10 mai à 20h 30

Libre parole poétique, scène ouverte… »

Une guitare, une chanson, un air de piano…,

Venez partager avec tous vos chansons, écrits ou vos poèmes préférés

En toute convivialité, le plaisir de la découverte, de l’écoute, du partage…

« Place des Arts » chacun doit pouvoir trouver un moment d’existence…    

Libre participation

…………………….

Samedi 11 mai 20h30

Une vie, une œuvre…Jean-Marc Dermesropian chante et dit « Louis Aragon »

Alors que la comédienne Édith Thénot déroule la biographie de « Louis Aragon » Jean-Marc Dermesporian chante dix-huit poèmes du poète mis en musique par Jean Ferrat, Léo Ferré et Georges Brassens et dit, sans l’ombre d’un pense-bête, onze poèmes extraits du « Roman inachevé », « La Diane française », « Le voyage en Hollande », « Le crève cœur »… 

Chants, musique et paroles… Jean-Marc Dermesporian et Édith Thénot nous content l’œuvre et la vie de Louis Aragon ; une histoire palpitante                    

Participation 10 €

Le week-end à la Place des Arts

Le 3 mai 2019 18h30

Fabien Sirot, couturier « Fluidité », défilé de mode

Le tissu comme l’eau, flotte, ondule et semble s’envoler…, au fil des mouvements… Sous les doigts du couturier, Fabien Sirot, il capte et apprivoise la lumière. Puis s’anime, ouvrant, avec élégance, grand ses ailes, il enlumine les corps et l’espace et compose des arcs-en-ciel de couleurs, comme un hommage à la vie dont l’eau est le symbole… 

19h30 Vernissage

Patrick Clerc « Conscience bleue » (ou l’assèchement des conscience)

« L’art prend tout son sens lorsque l’artiste  devient l’une des voix de ce monde !… »

La mer, l’eau…, sources et racines de vie…

La mer, sanctuaire,  polluée, souillée…

L’eau  contaminée, infectée… en de nombreuses contrées devenue rare, plus précieuse que l’or…

Conscience, bleue, contre l’assèchement des consciences, avec cette exposition, Patrick cherche à éveiller nos regards autant que nos esprits sur ses dérives humaines, menant l’humanité à sa perte… Ses bleus profonds, ses noirs ténébreux, issus des abîmes, nous montre l’image d’un monde en perdition sans qu’un cil ne frémisse… Sa peinture est un cri, un cri d’espoir car l’esthétisme affleure au bout de ligne et nous incite à prendre d’autres chemins…

Exposition du 3 mai au 5 juin 2019

Libre participation

Et toujours le vendredi 3 mai, 21 heures

À capella … Léa, en concert

57390066_1391234467685517_7163747270653902848_n

Édith Piaf, Barbara, Serge Lama, Patricia Kass, Renaud…, Léa revisite et interprète, à capella, les plus belles chansons du répertoire français. Peu d’artistes osent le faire, son étonnante prestation est une véritable performance …

Participation au frais 10 €…