Atelier du 12 juin 2018 “Ping Pong”

PING – PONG

A – chaque écrivant reçoit un ensemble d’écriture : image + petite phrase . Il va s’agir de faire tourner ces ensembles et, sur une feuille mobile, d’y répondre tour à tour, par une seule courte phrase. Attention, la référence est toujours la phrase initiale.

À la fin du tour de table, chacun possédera donc :
. L’image
. La phrase de départ
. Les courts écrits des autres écrivants.

B – Avec ce matériel, il va falloir inventer un récit qui sera VOTRE HISTOIRE. Bien analyser les réponses « ping-pong » des autres participants afin d’en tenir compte dans un récit/conclusion cohérent.

Voici ce que Sylviane avait comme image de départ, comme commentaire en 8 et ce que les écrivants ont tour à tour inscrit à ce sujet :

C’est vraiment le sac idéal pour mes sorties dans le XVI ème

Qu’importe, je prends !

Tu ne pourras pas y mettre grand chose !

Tu parles de l’arrondissement ou du siècle ?

Idéal  !Idéal tu es prise la main dans le sac !

Tu y mets quoi ? Des boules de pétanque ?

Et celui là qui semble s’en emparer ! Le sac est petit, le bonhomme aussi !

En effet, tu pourras aller chez Vuiton !

 

C – Parmi les petites phrases reçues au cours de l’exercice B il est demandé d’en choisir une bribe ( 3 mots maximum). Nous avons ainsi récolté :

. aller chez Vuitton
. ton masque
. une véritable luminothérapie
. berner la galerie
. rêver l’épouvantail
. il fallait surveiller
. je tiens

Maintenant, sous forme de dialogue, inclure toutes ces 7 bribes dans un petit texte.

Francis :

Chez le joaillier
– Madame, recherche quelque chose en particulier ? Quelque chose pour
berner la galerie ?
– Quelle flagornerie, jeune freluquet ! Je choisis mes bijoux comme je l‘entends et si je tiens le bon, je le garde !
– Madame devrait aller chez Vuitton. Ils ont des sacs à main au prix des coffres-forts ; cela pourrait être utile à Madame.
– Tais toi ! Insolent ! Et abats ton masque d’arrogance !
– Madame aurait besoin, peut-être, d’une véritable luminothérapie pour que son joyau étincelle !
– Mais quel discours audacieux me tenez-vous, espèce d’immonde limace !
Vous me faites rêver d’épouvantail !
– Qu’importe votre rêve, Madame ! Il fallait seulement surveiller votre langage pour adoucir mes épines et garder votre langue dans la poche pour y cacher votre venin.

Sylviane :

– Eh bien, qu’est-ce qui t’arrive ? Allez, enlève ton masque.
– Impossible. Je le garde car il agit comme une véritable luminothérapie.
– Ah bon, je croyais que c’était pour berner la galerie, moi !
– Non, je tiens à garder longtemps mon joli teint.
– J’ai compris, il te fallait surveiller le vieillissement de ta peau, c’est ça ?
– C’est ça. – – Depuis quelque temps je ne fais que rêver d’épouvantail, alors…
– Je comprends. Mais ma thérapie, à moi, c’est d’aller chez Vuitton.

Marie-Christine :

– Je viens de me payer une véritable luminothérapie…
– Ouh la !!!!…. C’est un truc pour berner la galerie ça…
– J’ai pris l’option “low cost” sans accessoire….
– Avec un masque ça aurait mieux été… Tu t’es vue au moins ?
– Ben non… J’ai tous les yeux brûlés…
– Je tiens à te dire que tu ne ressembles vraiment à rien…
– Il fallait tout faire nous même.. Il fallait tout surveiller….. J’ai peut-être foiré quelque part..
– Franchement il vaudrait mieux rêver d’épouvantail que de toi, vu ton état….
– T’es vraiment pas sympa…
Je ne vais quand même pas te mentir non ?
La prochaine fois je dois faire une cure de je ne sais quoi..A ta place j’irai pas, je resterai chez moi…
Sur ce, Marjorie,  je te laisse je dois aller chez Vuitton…..

Claire :

– Que fait-on ?
– Je tiens à aller chez Vuitton.
– Tu crois pouvoir berner la galerie ?
– Pourquoi dis-tu cela ?
– Parce que tu sais pertinemment n’acheter que des contrefaçons !
– D’accord ! Mais toi aussi laisse tomber ton masque ! Tu ne vaux pas mieux !
– Tu y vas un peu fort. C’est pas sympa.
– Il fallait surveiller tes paroles ma belle.
– Comprends moi. Je ne veux pas rêver l’épouvantail mais quelque chose de mieux tout de même !
– Je le sais bien, nous sommes de la même engeance !
– Alors, cessons ces fadaises et allons au bord de la plage. Cà ne coûte rien et vaut une véritable luminothérapie !
– Super ! On s’en tape cinq ?

D – Amusons-nous à créer des chaînes de mots dans un texte court. Sous forme de poème. Thème unique : MASQUES –

Exercice de Sylviane : Les masques –
Au carnaval des inconnus
nul besoin de se maquiller :
yéti ou tigre du Bengale,
galerie de masques rieurs
heureux ou grimaçants d’horreur.

Heure où chacun se recompose
posant son double ou son contraire
(Hercule, Mozart ou Pierrot)
au-dessus de son vrai visage.
Âge de peurs, âge de rires,
irritable ou joyeux noceur,
heure de l’ inconnu qui danse
en ce carnaval de couleurs.

Atelier d’écriture du 12 juin 2018