Atelier du 30 juin 2017 : “La B.D. des Mots en Liberté”

LA B.D. DES MOTS EN LIBERTÉ

A – Chaque participant reçoit une feuille sur laquelle sont collées 5 IMAGES. Généralement, dans chaque page, elles ont un lien avec :
. un paysage
. un personnage
. un lieu ou un objet précis
. une originalité
. une abstraction


B – Écriture, sous forme de très courtes phrases, directement sur la feuille, une ligne face à chaque image, dans le style des BULLES DE B.D. En résumé, chacun aura une page contenant 5 images et 5 phrases.


C – Il s’agit de feuilles tournantes, chaque écrivant reçoit ensuite la page rédigée par son voisin. Maintenant, nous allons bien évidemment utiliser tous ces éléments pour la rédaction d’une histoire vraiment très imagée.
. Lui donner un titre
. Incorporer TOUTES les bulles, sans ordre précis.


Voici la page comportant les 5 images commentées par Sylviane et transmise à
Myriam.

                                   atelier du 27 juin

Et voici le texte de Myriam incluant ces phrases.
Ste Anne
par Myriam
Ce matin ils ont amené un nouveau résident dans une sorte de pyjama Baubourg : des courbes, des tubes des coudes. Ça alors jamais vu autant de géométrie ! Il est à la 14. Au petit dèj’, pour mieux l’impressionner, j’ai mis mes grosses lunettes rondes, les rouges. Je me suis dit que, peut être, il me verrait comme un cerceau à ajouter à son paysage. C’est sûrement un peintre connu… « Regarde ces lunettes, Colette, comme elles nous ressemblent, ma pauvre Colette, nous voici bien ronds ! » « Allez, Madame, Monsieur, n’encombrez pas le couloir, vous voyez bien que les chariots arrivent !…Odette, vous avez bien pris la pilule bleue ce matin ? » Odette hausse les épaules, prend son air des grands jours et sort sa citation du matin, avec ce regard pénétrant qui précède les révélations : « mais vous ne comprenez rien, il faut seulement dire cuicui » L’infirmier lève les yeux au ciel et poursuit sa ronde. Odette, elle a le chic pour faire croire qu’elle est folle, ça lui fait gagner du temps dans les conversations et ça éloigne les indésirables. Elle reprend son air coquin : « Le nouveau, ce soir, je vais me le faire » puis dans un autre de ses clins d’œil appuyés, l’ancienne psychiatre susurre « Je vais enfin savoir ce qu’il y a dans un chou »
Voici maintenant la page d’images de Myriam avec ses commentaires ; elle a été récupérée par Camille qui a imaginé un texte en fonction de ces 5 ajouts de phrases.






     img138 (2)


La trilogie des pendules à treize coups
par Camille
Ce matin-là,
mon patron me demande de lui livrer mon travail. Je crée des bandes dessinées et je dois les lui porter avant la fin de la semaine. Je n’ai à ce jour que des projets à peine ébauchés. Cela me donne des angoisses terribles, dès que je ferme les yeux, c’est fou, je vois dans la tête, TOUS LES ASTRES SE METTENT À DANSER.
Je rêvais de faire une histoire un peu sexy, avec un titre racoleur, du style : ELLE N’ÉTAIT PLUS QUE LA PURETÉ DE L’AIR, mais j’ai beau chercher, je ne trouve rien d’intéressant. Ainsi, avais-je exécuté un joli dessin, appelé : APRÈS LE SEL DANS LE FEU DES COQUELICOTS ! Allez faire une suite à cela, hein ! Je vous le demande ; j’ai aussi réalisé, un jour de grande déprime, une planche que j’ai titrée : ET EN BAS GISAIENT LES PETITS CADAVRES ROSES. Ce ne pouvait pas être le début d’une histoire destinée à la jeunesse !
En fouillant bien mes archives, je retrouve l’image de LA TROISIÈME BOITE À MUSIQUE ! Enfin, je vais pouvoir écrire « la trilogie des pendules à 13 coups ». Voilà un titre qui accrochera bien !




D – ACRONYME : c’est un mot formé de lettres majuscules et qui se prononce comme un mot ordinaire, sans épeler les lettres.
Ex : CAF ( Caisse d’allocations familiales). Imaginons toutes les possibilités d’acronyme générées avec les lettres B.D. (pourquoi pas Beauté Divine ou Bovin Déifié…)


Voici pour commencer quelques acronymes trouvés et partagés entre les écrivants:
PMU petite main utile
PPDA petit patron des anges
BCG bonnet « C » gourmand
belles courges gratinées
blé carrément génétique
OK origine karaoké
RAS rameur aux soutes
VIP vache irradiée parisienne volontairement idiot partout
IVG import valises gauloises
PAF police à flonflons
PAC piste aux caribous
etc, etc…


Seconde recherche avec l’acronyme BD. Après vote, il nous est resté :
baiser dégueu
baston direct
Bob Dylan
beau doudou
boun diou
beau démon
béotien débraillé.


Personnellement, j’aimais beaucoup boun diou, mais béotien débraillé a été retenu ( après vote) pour l’exercice suivant.


E – Après avoir reçu en lecture toutes les propositions, il est donc retenu UN SEUL ACRONYME. nous allons imaginer un petit texte dont le titre sera celui retenu par la majorité des écrivants, le sujet bien sûr déterminé par le titre.
MAIS, il faut bien une
CONTRAINTE : écriture sans les lettres B et D.


Béotienne Débraillée
par Marie-Christine
 
Chez moi c’est inné… Je suis peu savante en tout. Et experte en rien.
Qui plus est, je me fringue n’importe comment……
Porter une jupe froissée, un chemisier javellisé, un pull troué ne me gêne en rien…
Curieusement, ça en gêne certains…
Je suis rejetée par ma famille. Par mes voisins.
Je n’ai aucun ami. Tous les humains me fuient.
Intelligence et élégance ne sont pas mes pitances. Pour moi ça n’a pas d’importance…
Je suis nulle en tout. Et je m’en fous.
Je suis inculte. Et négligée.
Et alors ?..Quel est le souci ?
Je suis née comme ça. Mourrai comme ça…
Et puis voilà………


Béotien débraillé
par Sylviane.
Il ne savait jamais, spécialiste en rien, néophyte en tout ! Mais on l’aimait. Son nom ? silence… car qui tisse mémoire et souvenirs avec les êtres transparents ? Lui, non seulement transparent, mais aussi mal sapé : chemise molle au vent, pantalon flou, chaussures affaissées. Et ses cheveux ? Pur chanvre, en longues mèches sans grâce.
En amour, c’était vraiment compliqué, je dirais même très très compliqué! Car, là aussi, il restait éternel apprenti. Qui pourrait se fier à celui qui ne sait pas… Ni fille ni garçon apparemment.
Et puis on a vite compris qu’il ne voulait surtout pas savoir, c’était plus simple ainsi. Mais pas pour nous. Oui, on l’aimait, comme un être à part et souhaitant le rester.
Si vous le croisez, vous le reconnaîtrez facilement : c’est le type même du « éotien éraillé »


Atelier du 30 juin Sylviane Blineau