atelier du 13 février 2018 “Les duos font leur cinéma”

LES DUOS FONT LEUR CINÉMA

A – Choisir une feuille volante sur laquelle figure une image.

  1. La faire tourner sur la G, chacun des écrivants y notant tour à tour une très courte phrase ( à propos de l’image).

  2. Puis récupérer la feuille annotée.

B – Travail en duo.

Mettre en commun, deux par deux écrivants, les feuilles ainsi enrichies, soit : 2 photos et 2 suites de petites phrases, et imaginer quel film vous pourriez en tirer.

ATTENTION : dans un duo CHACUN fait SON cinéma, mais en utilisant les 2 ensembles .

Il est demandé de donner des indications à un éventuel réalisateur de film :

. le thème,

. son déroulé succint,

. les décors,

. présenter le ou les personnages principaux,

. donner quelques dialogues en exemple de ce que vous désirez,

. scène principale : lumière, musique, son/ambiance, déplacements du ou des héros.

Et bien sûr : LE TITRE !

Camille a choisi la photo suivante et a recueilli les annotations des autres écrivants :

. regarde cette lumière !

. ZHIKA

. un bout de temps clos dans un bout de verre

. la lumière ne m’inspire rien

. brosse à cheveux électrique

. mieux vaut s’adapter

. et la lumière fut

. une lampe à la place de l’oeil, ça le fait ?

. je vois, je vois le passage de Saturne…danger…

. mes idées vont peut-être s’éclaircir

Voici ce que Camille a imaginé à partir de son image, de celle de Ghislaine (ci-dessous) et des annotations recueillies sur leurs deux pages :

et Ghislaine a choisi la photo ci-dessous :

mauve mauve

Et elle a recueilli les annotations :

. mince, ma chaussure !

. ah, le traître, l’infâme

. il ne m’a pas attendue !

. au bal des fantômes

. c’est certain… je ne prendrai pas le métro !

. blanche sur fond violacé

. la reine Pâquerette s’est perdue dans le décor mauve

. les baleines du cerceau sont en train de se briser

. mon balcon va déborder !

. et moi qui n’aime pas l’orage !

Camille, au vu de ces deux images et des deux pages d’annotations a imaginé le projet de FILM ci-après :

TITRE : Un Opéra désastreux

LE THÈME : une colère née d’une jalousie amoureuse entre deux personnages,

LE DÉROULE SUCCINCT : deux femmes veulent le même homme, l’une est technicienne d’éclairage, l’autre protagoniste est chanteuse d’opéra débutante.

LES DÉCORS :

a) La scène du théâtre où se trouvera la Diva, un seul lieu sous plusieurs angles de vue

b) Les coulisses côté cour et côté jardin, ainsi que le sous-sol du palais où évoluera la technicienne.

LES PERSONNAGES :

a) La cantatrice sera surtout présente sur la scène, c’est une jeune femme souvent maladroite, elle perd une chaussure au cours de sa prestation. Elle est très en colère contre l’homme partagé qui ne l’a pas attendue. Elle croit voir le fantôme de sa concurrente éclairagiste un peu partout, lumières criardes et plaquées sur elle, ce qui la désavantage très fortement. Sa robe est mal ajustée. Elle étouffe, car son bustier la serre exagérément et cela est visible. Au fond, elle n’aime pas l’opéra, elle voulait être clown, dans un cirque.

b) La technicienne éclairagiste est très compétente. Elle adore fasciner les autres en les éblouissant très brutalement. Elle sait jouer des couleurs sur les corps des interprètes. Pour se distraire, elle se passionne pour l’astrologie. Son point faible, c’est que parfois son esprit s’embrouille. Depuis les coulisses, elle interpelle grossièrement la cantatrice en train de chanter et cherche à l’éblouir et à la perturber avec un crayon laser.

QUELQUES EXEMPLES DE DIALOGUES:

La technicienne : «  tiens, toi la Castafiore ! Tu voulais jouer de ” la Flûte enchantée”, regarde comme je t’allume ! »

La cantatrice, très discrètement : « Voilà la reine des pâquerettes, qui se perd dans des décors mauves »

SCÈNE PRINCIPALE :

Dans “la Flûte enchantée”, au moment où la princesse de la nuit entre sur scène et commence ses vocalises, les deux femmes se retrouvent en coulisse. Elles se chamaillent puis en viennent aux mains, le bustier de la cantatrice est maintenant légèrement entre-ouvert. L’orchestre se met à jouer plus fort, alors que la chanteuse d’opéra entre sur scène pour fuir son ennemie, ce qui n’était pas prévu. Elle s’installe en face de la reine de la nuit, qui à cet instant, demande à sa fille de tuer son fiancé. La Diva, tout excitée par cette proposition, s’éclate dans un rire dément et incongru. Tout le monde est sidéré. Le public se met à siffler, à hurler, et à injurier les acteurs. L’Orchestre joue de plus en plus fort, le chahut est à son paroxysme. C’est à ce moment-là que l’éclairagiste illumine la salle et les spectateurs d’une puissance lumière rouge sang effrayant. Les visages deviennent lugubres, tout le monde prend peur et s’enfuit en hurlant.

FIN

Les titres sont de l’exercice B, travail en duo, sont :

Métamorphose

Lutte

Opéra désastreux

À la recherche du rideau

Panique à bord, la terre mise à mort

Parfum de masque

Jouer au chat et à la « souris »

Rendez-vous

Les maths, nouvelle addiction

Les portes

Talons nois, tapis rouges

Voici ce que Camille a imaginé à partir de son image, de celle de Ghislaine (ci-dessous) et des annotations recueillies sur leurs deux pages :

TITRE : Un Opéra désastreux

LE THÈME : une colère née d’une jalousie amoureuse entre deux personnages,

LE DÉROULE SUCCINCT : deux femmes veulent le même homme, l’une est technicienne d’éclairage, l’autre protagoniste est chanteuse d’opéra débutante.

LES DÉCORS :

a) La scène du théâtre où se trouvera la Diva, un seul lieu sous plusieurs angles de vue

b) Les coulisses côté cour et côté jardin, ainsi que le sous-sol du palais où évoluera la technicienne.

LES PERSONNAGES :

a) La cantatrice sera surtout présente sur la scène, c’est une jeune femme souvent maladroite, elle perd une chaussure au cours de sa prestation. Elle est très en colère contre l’homme partagé qui ne l’a pas attendue. Elle croit voir le fantôme de sa concurrente éclairagiste un peu partout, lumières criardes et plaquées sur elle, ce qui la désavantage très fortement. Sa robe est mal ajustée. Elle étouffe, car son bustier la serre exagérément et cela est visible. Au fond, elle n’aime pas l’opéra, elle voulait être clown, dans un cirque.

b) La technicienne éclairagiste est très compétente. Elle adore fasciner les autres en les éblouissant très brutalement. Elle sait jouer des couleurs sur les corps des interprètes. Pour se distraire, elle se passionne pour l’astrologie. Son point faible, c’est que parfois son esprit s’embrouille. Depuis les coulisses, elle interpelle grossièrement la cantatrice en train de chanter et cherche à l’éblouir et à la perturber avec un crayon laser.

QUELQUES EXEMPLES DE DIALOGUES:

La technicienne : «  tiens, toi la Castafiore ! Tu voulais jouer de ” la Flûte enchantée”, regarde comme je t’allume ! »

La cantatrice, très discrètement : « Voilà la reine des pâquerettes, qui se perd dans des décors mauves »

SCÈNE PRINCIPALE :

Dans “la Flûte enchantée”, au moment où la princesse de la nuit entre sur scène et commence ses vocalises, les deux femmes se retrouvent en coulisse. Elles se chamaillent puis en viennent aux mains, le bustier de la cantatrice est maintenant légèrement entre-ouvert. L’orchestre se met à jouer plus fort, alors que la chanteuse d’opéra entre sur scène pour fuir son ennemie, ce qui n’était pas prévu. Elle s’installe en face de la reine de la nuit, qui à cet instant, demande à sa fille de tuer son fiancé. La Diva, tout excitée par cette proposition, s’éclate dans un rire dément et incongru. Tout le monde est sidéré. Le public se met à siffler, à hurler, et à injurier les acteurs. L’Orchestre joue de plus en plus fort, le chahut est à son paroxysme. C’est à ce moment-là que l’éclairagiste illumine la salle et les spectateurs d’une puissance lumière rouge sang effrayant. Les visages deviennent lugubres, tout le monde prend peur et s’enfuit en hurlant.

FIN

C – Nous prenons en note tous les titres ainsi donnés afin de les utiliser pour écrire une courte histoire les incluant tous. Ces mots sont :

. métamorphose

. lutte

. opéra désastreux

. à la recherche du rideau

. panique à bord, la terre mise à mort

. parfum de masque

. jouer au chat et à la “souris”

. rendez-vous

. les maths, nouvelle addiction

. les portes

. talons noirs, tapis rouge

Voici le texte ce Claire incluant ces 11 mots :

Ce soir,

Véritable “métamorphose” sur “talons noirs tapis rouge” ! Ne pas “jouer au chat et à la souris” au “rendez-vous” pour “opéra desastreux” ! ” Panique à bord, la terre est mise à mort” dans “parfum de masque” !

“Les portes” s’ouvrent et aussitôt “recherche du rideau” ! Réelle “lutte” pour ne pas s’eclipser ! Décadence, elle préfèrerait s’adonner “aux maths nouvelle addiction” devant ce cataclysme culturel ! Où allons nous ?…

Texte de Sylviane :

J’en ai peur : les maths sont pour lui une nouvelle addiction pour jouer au chat et à la souris dans une métamorphose de portes. Aussi vais-je à son rendez-vous, sans talons noirs ni tapis rouge. Je lutte, comme dans un opéra désastreux, panique à bord, la terre mise à mort dans un parfum de masque. Et moi, toujours à la recherche du rideau…

Texte de Danièle :

Panique à bord la terre mise à mort

Cela ressemble à un opéra désastreux, les portes sont tombées, les murs

métamorphosés, on recherche les rideaux. Le tsunami a fait des ravages. La terre est un immense champ de luttes, ici un talon noir, là un tapis rouge ; des enfants courent, jouent dans cette pagaille… au chat et à la souris, se mettent des masques parfumés aux embruns marins ; nous avons rendez-vous avec l’équipe de sauveteurs, ils utilisent les maths, nouvelle addiction pour fouiller les décombres.

Texte de Marie-Christine :

Entre 2 portes je lutte..

Comme dans un opéra désastreux, je joue au chat et à la souris..

la recherche du rideau. Ou de ma métamorphose.

Adieu talons noirs et tapis rouge

Bonjour les maths, ma nouvelle addiction.

La terre a été mise à mort… J’ai annulé mes rendez-vous.

Entre 2 portes je lutte…

Texte de Monique :

Attention! ,métamorphose à l’affiche!

Derrière les portes,talons noirs et   tapis rouge pour un Rendez-vous avec le

film aux 1O oscars!

pas de Lutte possible,prenez la file comme tout le monde!

Parfum de masque inutile! On vous reconnaîtra!

Métamorphose :Opéra désastreux où chacun est à la recherche du rideau!

Plus de décor,panique à bord!la terre est mise à mort! C’est terminé: on ne joue plus au chat et à la “souris”;

Les maths nouvelle addiction :compter, compter toujours, au bout du compte

il ne restera rien.Métamorphose: opéra des morts vivants !!

Sylviane Blineau

atelier du 13 février 2018