Atelier du 27 mars 2018 « Images sans auxiliaires »

IMAGES SANS AUXILIAIRES
A – Chacun reçoit une petite image associée à une phrase.
L’ensemble constitue le thème de votre écrit.
. donner un titre
. écrire un article de presse.
MAIS NE PAS UTILISER LE VERBE AVOIR.
Titre de l’article de presse :
Après-midi d’été à DUOLAND
B- Choisir une grande image. Cette image comporte un personnage. Il faut inclure ce personnage dans la suite de votre écrit.
CETTE FOIS NE PAS UTILISER LE VERBE ÊTRE.
( Le verbe AVOIR peut revenir dans cette suite).
Titre du second article de presse :
DUOLAND un an après –
C – Toujours sous forme d’article, écrire sur le POUVOIR DE L’IMAGE. Des
mots seront donnés en logo rallye pendant cette écriture.
Les mots à insérer dans l’ordre de le tirage au sort sont :
CORUSCANT – ÉDREDON – BAMBOU – DANGER – SOUVENIRS – RATER – MIROIR –
LOGORALLYE DE SYLVIANE –
Le pouvoir de l’image –
(Consigne détournée, pas vraiment écrit sous forme d’article de presse !!)
Lorsque paraît l’image au pouvoir coruscant,
Déjà dans un envol je m’en vais, m’exaltant
pour un coloris doux, pour l’horizon de feu,
ou bien pour les édredons d ‘arabesques bleues
des nuages au ciel. Viennent tous les parfums,
toutes les symphonies écrites par la main
qui taille le bambou. Le sang de l’écriture
à l’encre de l’image ira, colorature
aux voix de l’âme et, sans plus hésiter,
balayant toutes peurs, effaçant tout danger,
transcrira les appels émanant des ailleurs
où dansent des émaux avec les tendres fleurs.
Souvenirs, créations, voyages arabesques,
il est mille façons de décrire la fresque
aux envolées sans fin de de notre grande voile.
Et pour ne pas rater le parcours des étoiles
que nos yeux aillent loin dans le miroir sans tain
des images captées entre soir et matin.
LOGORALLYE DE MARIE-CHRISTINE –
Le pouvoir de l’image
Il ne faut jamais se contenter de regarder les images. Leur pouvoir est fort. Coruscant. Mais trompeur. Devant un tableau, une image, ou quoi que ce soit de figé on peut admirer, critiquer mais on doit réfléchir. Debout. Assis. Sous un édredon. Peu importe où. Et comment. Mais réfléchir. Ne pas se laisser berner. Aveugler. Emporter. Ne pas rester passif. Tel le bambou l’esprit se doit d’être souple. Non entravé. Non embourbé. Toujours aux aguets. Il faut supposer. Soulever. Se mettre en danger. Evaluer. Evoluer. L’image est un support. Pas un suppôt. Elle est un instant T. Un détail. Un souvenir. Du passé. Du présent. Une envie de futur. L’esprit se doit donc d’être toujours en alerte. Pour ne pas se rater. Pour ne rien louper. Devant une image ne pas rester groggy. L’image est un ressenti. Une espèce de miroir. Qui fait écho à nos émotions. L’image procure du plaisir. Du doute. De l’effroi. Mais n’est pas une fin en soi. Il faut en maîtriser le pouvoir. Qui n’est pas virtuel. Mais factuel.
Atelier du 27 mars 2018 Sylviane Blineau

Continuer la lecture de « Atelier du 27 mars 2018 « Images sans auxiliaires » »

Vendredi 30 mars 2018 Sylviane Blineau et Monique-Marie Ihry « Z’animaux à gogo »

Les enfants ont par essence l’âme poétique, ils rêvent, imaginent le monde à leur image. Ils possèdent le don du merveilleux. Ce don Sylviane Blineau et Monique-Marie Ihry (toutes deux poètes et peintres) ne l’ont pas perdu, elles le cultivent, le transmettent et, avec de recueil de poésie pour enfant, nous en livrent, par l’écriture et l’imagerie, toute la magie… L’espace d’un instant, petits et grands se retrouvent réunis pour partager ensemble un véritable petit bonheur ; celui de la lecture…

Exposition éphémère, présentation, lecture, dédicace, partage d’un instant conviviale…, en toute simplicité…

Vendredi 23 mars 2018 Daniel Delporte « Poésie et chanson » à partir de 20 h

Auteur, compositeur, interprète, poète, dessinateur, photographe…,Daniel Delporte habite Sète, avec humilité, il marche sur les pas de son maître « Georges Brassens »

Ce vendredi, il présente à la Maison Poétique, un récital poésie et chanson…

Daniel Delporte partage le spleen de Léo Ferré jusqu’aux révoltes de Jean Ferrat, avec ou sans Aragon ! et de Trenet à Barbara et tant d’autres…

Imprégné de ces cultures poético-musicales des années 60 où la plupart des chansons avaient un sens profond, il tente de transmettre ce qui bouillonne en lui, d’amour ou de révolte à son tour…

Poèmes ou chansons, il s’accompagne à la guitare. Amoureux de la mer depuis toujours, son goût prononcé pour la navigation, lui a offert de belles rencontres, et de mémorables échappées sur l’Atlantique puis la Méditerranée, propices à l’aventure, à la méditation, aux retours sur soi…

Sa préoccupation majeure aujourd’hui est la fuite du temps, et son vœu ultime serait de partager tout ce dont son cœur porte d’émotions et sentiments. « Je n’aurai pas le temps », chantait naguère Michel Fugain, comme à présent Yves Jamais : « J’ai pas les mots qu’il faut pour le dire en un mot. n‘ayant pas le mot magique pour tout nous dire Daniel Delporte nous le chantera en musique, le temps d‘une belle soirée…

 

Vendredi 16 mars 2018 « la route du sel » vernissage de l’exposition de photos de Gérard Romero et présentation du recueil de poésie éponyme de Philippe Lemoine

L’un est photographe, l’autre poète, longuement, Gérard Romero et Philippe Lemoine déambulent sur la Route bleue du Sel.

D’image en poème, ils nous en montrent la beauté des paysages, la grâce des oiseaux, la magie de ces lieux à préserver.

De La Palme à Gruissan, photographies et poésies, dialoguent et invitent le lecteur à la promenade ; le rêve est là présent, à chaque page…

Vernissage 18h30

20h00

Projection diaporama, lecture musicale, présentation du livre…

La préface de « La Route du Sel » a été écrite par : Philippe CALAMEL

Vice-président du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée

Adjoint au Maire de La Palme

Chef de projet Odyssea® « Route Bleue du Sel et des Pêcheurs »

Moissonneur de « l’or blanc », sur la terre promise,

De saison en saison, depuis l’âge premier

En tout temps sillonnant son jardin, le saunier

Préserve, des anciens, la parole transmise…

« Transhumance du temps, toujours plus loin, plus haut,

Flotte dans l’atmosphère un air de bout du monde ;

Nous savons tous les deux, allant au fil de l’onde,

Le bonheur de s’aimer entre le ciel et l’eau… »

Exposition du 16 mars au 28 mai 2018

Vendredi 9 mars 2018 à 20 h Simone Tort-Dubois présente « Rouge Garance »

 

Après « Bleu Indigo », Simone Tort-Dubois publie « Rouge Garance ». Avec ce nouvel opus, l’auteur puise aux sources de la souvenance familiale, pour apporter son témoignage, sa contribution à la mémoire collective ; témoignages, archives, correspondances photos, poésies rythment le récit et nous emportent vers l’une de nos périodes les plus sombres de notre histoire ; nous sommes à Vinassan en 1914, son père est mobilisé, en partance pour la grande guerre…

La rudesse des combats, la souffrance des hommes au front mais aussi l’attente, l’angoisse, le désarroi des familles…

De Vinassan à la Marne, les vies s’entrecroisent, Simone Tort-Dubois nous livre un témoignage poignant sur la vie quotidienne autant celle des « Poilus » que celles des familles restées au pays ; plus qu’un livre d’histoire, réminiscence « Rouge Garance » est une déclaration d’amour et un hymne à la fraternité…

Déclaration d’amour, hommage à son père, « Rouge Garance » Symbolise aussi la couleur des pantalons des soldats français, l’absurdité de la guerre,

« Rouge Garance » comme un cœur palpitant sur les tambours du souvenir, pleins d’amour, comme ces champs de coquelicots qui fleurirent au milieu de l’enfer….

« Rouge Garance » comme le livre de Simone Tort-Dubois…

Rencontre, présentation, lecture…

Vendredi 2 mars 2018 à partir de 20 H Olivier Morin « Le gang des pastiches »

« Le gang des pastiches »

Avec « Le gang des pastiches », Olivier Morin, poète, comédien, détourne les grands textes de la poésie française et invite le spectateur à un voyage poétique autour de la terre, l’écriture, le rythme, la musique des mots et l’actualité travestie. Drôles, tendres, toujours impertinents, de textes en vers ou en prose, passeur de mots, il conjugue l’histoire et l’avenir avec finesse, humour, intelligence et talent pour finir sur quelques « failles de La Fontaine »…

                    

Poète diseur, auteur de chroniques poli-poétiques, comédien trafiquant de mots, auteur d’une vingtaine de recueils de textes poétiques et de deux CD avec Emmanuel Valeur. Olivier Morin puise son inspiration dans son histoire vigneronne et dans la musicalité des mots. Il « écrit avec l’oreille », les mots se cherchent, se percutent, se répondent, sa voix rauque, sensuelle nous prend et nous emporte ; Olivier Morin ne chante pas, il dit ses textes et pourtant sa voix, aux larges intonations, sonne comme un voyage musical…