Atelier du 27 mars 2018 « Images sans auxiliaires »

IMAGES SANS AUXILIAIRES
A – Chacun reçoit une petite image associée à une phrase.
L’ensemble constitue le thème de votre écrit.
. donner un titre
. écrire un article de presse.
MAIS NE PAS UTILISER LE VERBE AVOIR.
Titre de l’article de presse :
Après-midi d’été à DUOLAND
B- Choisir une grande image. Cette image comporte un personnage. Il faut inclure ce personnage dans la suite de votre écrit.
CETTE FOIS NE PAS UTILISER LE VERBE ÊTRE.
( Le verbe AVOIR peut revenir dans cette suite).
Titre du second article de presse :
DUOLAND un an après –
C – Toujours sous forme d’article, écrire sur le POUVOIR DE L’IMAGE. Des
mots seront donnés en logo rallye pendant cette écriture.
Les mots à insérer dans l’ordre de le tirage au sort sont :
CORUSCANT – ÉDREDON – BAMBOU – DANGER – SOUVENIRS – RATER – MIROIR –
LOGORALLYE DE SYLVIANE –
Le pouvoir de l’image –
(Consigne détournée, pas vraiment écrit sous forme d’article de presse !!)
Lorsque paraît l’image au pouvoir coruscant,
Déjà dans un envol je m’en vais, m’exaltant
pour un coloris doux, pour l’horizon de feu,
ou bien pour les édredons d ‘arabesques bleues
des nuages au ciel. Viennent tous les parfums,
toutes les symphonies écrites par la main
qui taille le bambou. Le sang de l’écriture
à l’encre de l’image ira, colorature
aux voix de l’âme et, sans plus hésiter,
balayant toutes peurs, effaçant tout danger,
transcrira les appels émanant des ailleurs
où dansent des émaux avec les tendres fleurs.
Souvenirs, créations, voyages arabesques,
il est mille façons de décrire la fresque
aux envolées sans fin de de notre grande voile.
Et pour ne pas rater le parcours des étoiles
que nos yeux aillent loin dans le miroir sans tain
des images captées entre soir et matin.
LOGORALLYE DE MARIE-CHRISTINE –
Le pouvoir de l’image
Il ne faut jamais se contenter de regarder les images. Leur pouvoir est fort. Coruscant. Mais trompeur. Devant un tableau, une image, ou quoi que ce soit de figé on peut admirer, critiquer mais on doit réfléchir. Debout. Assis. Sous un édredon. Peu importe où. Et comment. Mais réfléchir. Ne pas se laisser berner. Aveugler. Emporter. Ne pas rester passif. Tel le bambou l’esprit se doit d’être souple. Non entravé. Non embourbé. Toujours aux aguets. Il faut supposer. Soulever. Se mettre en danger. Evaluer. Evoluer. L’image est un support. Pas un suppôt. Elle est un instant T. Un détail. Un souvenir. Du passé. Du présent. Une envie de futur. L’esprit se doit donc d’être toujours en alerte. Pour ne pas se rater. Pour ne rien louper. Devant une image ne pas rester groggy. L’image est un ressenti. Une espèce de miroir. Qui fait écho à nos émotions. L’image procure du plaisir. Du doute. De l’effroi. Mais n’est pas une fin en soi. Il faut en maîtriser le pouvoir. Qui n’est pas virtuel. Mais factuel.
Atelier du 27 mars 2018 Sylviane Blineau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*