2 février 2018 Marie-Christine Dhéron et Christine Mourlevat-Brunschwig « Venise en confidences »

 

En ce 2 février,  voici Venise encore à l’honneur.
Sous un regard nouveau, la ville intime nous est offerte, toute intériorisée, toute frémissante.
Nous voici au cœur de la Sérémissime : glissements de la Musique vers la Poésie dans cette transmission liquide, affleurements de mots et de notes. Et puis le violoncelle qui, d’abord en esquisse, monte en volutes, serpente, s’enroule au rythme des poèmes.
Émotion, la voix de la poète appelle celle de l’instrument, la taquine, l’espère. Et se produit le quasi miracle de la fusion, cet indicible ondoiement de l’âme.
Voyage au-delà du commun, force et transparence, osmose. Les deux artistes et nous, le public émerveillé, n’osant redescendre d’ailleurs rarement atteints.
dig
sdr
Sylviane Blineau
3 février 2018