Vendredi 1er mars Évocation de la « La Retirada »

Poèmes, récits de guerre et d’exil…,

Ces hommes, ces femmes, ces enfants, en passant la frontière, les pieds mordus par le gel ont pris une poignée de terre dans leur musette, sont tombés à genoux en pleurant sur ce sol qu’ils quittaient pour toujours ne laissant derrière eux que ruines, morts, désespoirs… Passant les Pyrénées, rêvant d’une terre d’accueil, ils sont descendus vers la plaine, la France. Ils se sont retrouvés parqués comme du bétail, sur une plage déserte balayée par les  vents. Après de longs jours d’attente, on a enfermé les survivants dans des camps… Triste et terrible épilogue d’une guerre fratricide dont les hommes épris de liberté et les innocents ont payé l’épouvantable prix…   

« La peinture n’est pas faite pour décorer les appartements, c’est un instrument de guerre offensif et défensif contre l’ennemi. » Pablo Picasso

Participation libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*